République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Agriculture , du Développement Rural et de la Pêche
Institut National de la Protection des Végétaux

Pourquoi et comment désherber ?

Le désherbage des céréales est une opération importante voire nécessaire dans l’itinéraire technique de cette filière. En effet, les mauvaises herbes représentent une menace pour le bon déroulement du cycle végétatif des céréales, induisant des pertes de rendements d’environ 40% ainsi qu’une dépréciation de la qualité des récoltes (impuretés).

L’efficacité et la réussite de cette opération nécessite la prise en charge de certains paramètres :

– Le bon choix du produit herbicide basé sur une bonne connaissance de la nature de la flore adventice existant sur la parcelle à désherber. Pour ce faire, il est nécessaire d’appliquer un désherbant anti graminée pour une flore
monocotylédone, un anti dicotylédone pour une flore dicotylédone (à feuilles larges) et un désherbant polyvalent ou mixte pour une flore mixte.
– Le respect de la dose du désherbant pour avoir une efficacité optimale sur les mauvaises herbes à éliminer. Il est recommandé de ne pas augmenter ou diminuer les doses des désherbants pour des raisons de phytotoxicité ou
d’inefficacité.
– Le respect du stade de la céréale au moment des traitements. Il est préférable
de traiter aux stades précoces de la céréale (3 feuilles-fin tallage) et à un stade
jeune des mauvaises herbes pour une efficacité meilleure.

Le désherbage précoce : appliqué du stade 3 feuilles à fin tallage élimine la concurrence des mauvaises herbes avec la céréale pour les éléments minéraux, l’eau et l’espace et permet à la céréale de produire un maximum de talles et donc un maximum d’épis. Le désherbage précoce fixe le rendement de la céréale.

Le désherbage tardif : appliqué au-delà du stade tallage (montaison gonflement) améliore la qualité du rendement en supprimant les mauvaises herbes qui apparaissent à ces stades de développement des céréales.

– L’utilisation d’un matériel de traitement en bon état et bien équilibré préserve la perte du produit dans la nature par dérive (Gouttelettes trop fines) et par ruissellement (Grosses gouttelettes) et permet de contrôler la mauvaise herbe à la dose recommandée.

Également, un bon réglage du matériel de traitement (débit, vitesse d’avancement , bonne préparation de la bouillie) garantit l’efficacité de l’opération de désherbage.

Les conditions climatiques au moment des traitements doivent être modérées. Ne pas traiter par un temps pluvieux ou menaçant de pluie dans les 6 heures qui suivent les traitements pour éviter le ruissellement du désherbant par les eaux de pluie.

Ne pas traiter par temps chaud (phytotoxicité) ou venté (dérive).

 

 

 

INPV © 2017 inpv