INPV
République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l’Agriculture , du Développement Rural et de la Pêche
Institut National de la Protection des Végétaux " INPV "

Les Rongeurs arvicoles

Il est connu que les productions agricoles subissent chaque année des dégradations estimées à 30% de la production, dues aux maladies et aux ravageurs des cultures. Mais, ce sont surtout les fléaux des cultures qui causent les dégâts les plus spectaculaires.

Les rongeurs champêtres dénommés encore rongeurs arvicoles. Parmi les nombreuses espèces qui se nourrissent en Algérie de produits végétaux, c’est la mérione qui constitue pour l’agriculteur une contrainte sérieuse à la productivité et aux rendements agricoles.

Ce fléau vit en permanence dans les champs et se nourrit de végétaux divers cultivés ou spontanés. La part ainsi prélevée est économiquement tolérable et ne constitue pas un obstacle sérieux pour la productivité. Mais, lorsque les conditions sont favorables à la production agricole, il y a en même temps une augmentation de l’effectif de rongeurs. Et en absence de mesures préventives sérieuses, l’effectif augmente de façon exponentielle et met l’agriculture en danger.

Il faut préciser que la mérione ainsi que les rongeurs de façon générale se caractérisent par un taux d’expansion élevé dû à la prolificité des naissances et au nombre de portées. De sorte que la pullulation peut gagner de nombreux espaces et devient une contrainte économique régionale, voire nationale.

Des situations tragiques ont été vécues dans le passé, notamment en 1992 où la pullulation a atteint plus de 200.000 ha, touchant plus de 20 wilayate, notamment celles des hauts plateaux, connues pour leur vocation céréalière et où la mérione aime s’y développer.

C’est aussi le cas de l’ année 2004 qui a connu une pullulation sur plus de 500.000ha touchant 29 wilayate, situation qui a obligé la mise en œuvre d’un dispositif spécifique d’intervention s’appuyant en premier lieu sur la contribution des agriculteurs, encadrés par les services agricoles dont ceux de la protection des végétaux.

La technique de lutte développée a lieu durant tout l’hiver et utilise les appâts empoisonnés que les agriculteurs doivent épandre selon un procédé particulier.

En effet, il est connu que les rongeurs arvicoles, en général et particulièrement la mérione, vivent sous terre et creusent des terriers à plusieurs sorties, leur procurant ainsi une facilité pour se mettre à l’abri et pouvoir s’échapper par l’une des sorties la moins exposée au danger.

Aussi l’agriculteur doit épandre son appât dans un trou choisi judicieusement. Pour ce faire, il doit au préalable boucher les trous visibles avec le pied et revenir le lendemain pour identifier le trou qui aura été réouvert par la mérione pour aller chercher sa nourriture.

Les opérations de lutte s’effectuent durant la période de disette de la mérione qui s’étend de la fin du mois de Septembre à la fin du mois de février, celle- ci accepte de manger tout ce qui apparaît consommable et notamment les appâts développés par l’industrie chimique.

Les appâts employés sont des produits connus universellement et sont autorisés en Algérie par la Commission Nationale d’Homologation.

Les campagnes de lutte contre la mérione sont ouvertes par arrêtés des walis qui déterminent les zones infestées, la technique de lutte à employer, les précautions à prendre ainsi que les opérateurs concernés.

Les appâts sont mobilisés par les services de la protection des végétaux et remis gratuitement aux agriculteurs pour les épandre immédiatement. Ils sont accompagnés dans leurs actions par les services de la protection des végétaux des wilayate et par les cadres des stations régionales de l’Institut National de la Protection des Végétaux. Il est préconisé notamment de respecter les doses et les procédés d’épandage ainsi que le ramassage et l’enfouissement des cadavres de mériones victimes de l’appâtage.

INPV © 2017 inpv